Histoires

Foot, régime et calories

Les Anglais l’appellent le Man v Fat Football. Un championnat de foot à 6 où il faut perdre du poids pour gagner des matchs. FourFourTwo s’est penché sur ce programme qui aide des joueurs à profiter d'une nouvelle vie.

We are part of The Trust Project What is it?

Ce sera peut-être le grand soir de Tony Blanc. Le match décisif dans la course au titre. Il est arrivé au stade plus d’une heure avant le coup d’envoi, cheveux plaqués en arrière comme un boss de la mafia. Si tout se passe comme prévu, il permettra à son équipe de triompher et remportera le premier trophée de sa carrière. Mais s’il porte le même nom qu’un ancien défenseur français vainqueur de la Coupe du Monde, Tony ne ressemble en rien à un footballeur de haut niveau. A 28 ans, il pèse près de 160 kilos. Et ce poids pourrait être la clé de la victoire.

Tony défend les couleurs de 2Lose, une équipe de foot à six du championnat Man v Fat. Rendez-vous est pris le mardi soir sur un terrain synthétique, en face du stade Brisbane Road, l’enceinte historique de Leyton Orient dans la banlieue est de Londres. Pendant quatorze semaines, la compétition a pour objectif d’aider chaque joueur à perdre du poids. Les résultats prennent donc en compte les scores sur le terrain mais également les kilos perdus par chaque équipe. Des buts bonus récompensent les joueurs qui ont fait les efforts les plus remarqués. Si bien que les matchs se gagnent et se perdent souvent sur la balance.

La rencontre de ce soir oppose les leaders de 2Lose à leurs dauphins, les Blackjack, deuxièmes à seulement deux points. Mais avant le coup d’envoi prévu à 19h45, chaque joueur doit passer par la pesée. Une formalité qui s’effectue dans une petite salle de classe du centre de loisirs voisin, habituellement utilisée pour les cours des jeunes joueurs du centre de formation de Leyton Orient. Il s’agit d’un match de reprise, le premier depuis les vacances de Noël deux semaines auparavant. Mais Tony est optimiste quant à son poids après y être allé doucement sur les tartes et gâteaux. "Je me suis permis quelques écarts le soir du Réveillon et le jour de Noël. Mais je ne voulais pas gâcher tout mon dur labeur", explique-t-il à FourFourTwo.

Toute perte de poids, aussi minime soit-elle, est récompensée par un demi-but bonus. Pour trois semaines successives de victoire contre la graisse, on parle ici d’un hat-trick et on vous offre un but supplémentaire. Mais c’est en atteignant des objectifs de poids à longs termes que l’on empoche le plus gros bonus. Ainsi, un joueur qui a perdu entre 5 et 10% de son poids à la fin du championnat inscrit 2,5 buts pour son équipe lors du dernier match. Ce soir, Tony devrait atteindre ses trois objectifs et donc marquer quatre buts bonus, avant même d'avoir posé les pieds sur le terrain. "Les Blackjack ont la meilleure équipe du championnat mais si je fais le bon poids, je marquerai quelques buts supplémentaires sur la balance et cela nous donnera un bon coup de boost", explique-t-il.

ON COMPTE 20 MILLIONS D'OBESES AU ROYAUME-UNI

Dans le Man v Fat Football, on retrouve des joueurs aux profils variés. Des jeunes grassouillets de 20 ans qui courent au milieu d’hommes d'âge mûr, qui ont lutté toute leur vie contre l’obésité. Et puis certains, comme Tony, qui ont décidé d’emprunter une longue route vers une meilleure santé. Pour s'inscrire dans ce championnat, votre indice de masse corporelle doit être supérieur à 27,5. Et les candidats ne manquent pas. On compte déjà une soixantaine de championnats à travers le Royaume-Uni. Et d’autres devraient débuter, en Angleterre mais aussi en Australie. Au total, environ 6 000 joueurs qui ont perdu plus de 27 tonnes en l'espace de deux ans.

Le Man v Fat Football est né en janvier 2016 quand un journaliste, Andrew Shanahan, s’est rendu compte qu’il n’existait pas de programme de perte de poids spécifique aux hommes sur le marché. Souffrant d’obésité (115 kilos), il a vainement recherché un soutien pour perdre quelques centimètres de tour de taille. "Toute l'industrie de la perte de poids ciblait les femmes, explique-t-il à FFT. Je n'avais aucune confiance et je ne voulais pas m’inscrire dans une salle de gym, de peur de faire une crise cardiaque. Je me souviens d'avoir été le seul mec à un cours de Slimming World, un programme alimentaire. On m’expliquait alors que les hommes n'étaient pas intéressés par la perte de poids. Mais je n'y croyais pas vraiment. Il y a actuellement 20 millions d'hommes obèses au Royaume-Uni et ils ont juste besoin de quelque chose fait pour eux."

Après avoir testé pendant huit semaines un régime de type Weight Watchers – un désastre selon son propre aveu – Andrew Shanahan pense qu’un programme basé sur le football pourrait rendre les choses plus faciles dans sa lutte contre la graisse. Et le concept du Man v Fat Football voit le jour. Chaque nouvel inscrit est envoyé dans une équipe et il dispute un match de 30 minutes chaque semaine. Pour s’entre-aider et nouer des amitiés, des groupes de discussion sur WhatsApp sont lancés et chaque joueur reçoit un petit manuel pour y consigner ce qu’il a bu et mangé. Cela permet de suivre les progrès hebdomadaires en matière de perte de poids avant l’annonce des résultats finaux par un coach nutritionnel.

Mille personnes ont postulé - 80 places disponibles – pour le championnat inaugural à Solihull (petite ville des Midlands au sud-est de Birmingham), avec un programme de 14 semaines qui connait un succès retentissant. Avec très vite des résultats encourageants : 95% des joueurs ont perdu du poids et six hommes sur dix ont diminué leur masse graisseuse de 5%. Poids moyen perdu sur les terrains : 12 kilos. Le mouvement s'est alors développé au fur et à mesure que la rumeur se répandait sur cette alternative aux traditionnels cours de zumba ou autres camps d'entraînement. Des hommes qui n'avaient plus tapé dans un ballon depuis des années se sont traînés hors de leur canapé et ont remplacé les pintes de bière par des boissons protéinées. Tony était l'un d'eux. "Je n'avais plus joué au foot depuis l’école, reconnait-il en descendant de la balance, fier d’avoir enregistré une perte de poids de 400 grammes et donc d’empocher quatre buts bonus. J'étais toujours le plus grand de la classe et on me mettait souvent au but. Mais après mes 16 ans, j’ai arrêté l’école. C'était la fin du football et de tout style d’activité sportive."

Sujets