Histoires

L'année qui a consacré Zlatan Ibrahimovic (Ajax Amsterdam, 2002-03)

Zlatan Ibrahimovic Ajax
We are part of The Trust Project What is it?

Le mois de novembre offre à Ibrahimovic l'opportunité de faire face aux plus grands clubs d'Europe et de se tester lors d’une deuxième phase de groupes. L'Ajax n’est pas épargné et hérite de Valence - champion d'Espagne - mais aussi de la Roma (un club qui semblait s'intéresser à lui) et d’Arsenal (qui avait tenté de le recruter quand il était à Malmö).

Zlatan débute le premier match contre Valence sur le banc. Mais devant les difficultés de son équipe à trouver la faille, Koeman fait rapidement appel à son imprévisible attaquant. Ibrahimovic ne déçoit pas, inscrivant un but qui aurait pu être vainqueur sans l’égalisation d’Angulo pour Valence.

Zlatan Ibrahimovic

Ibra, buteur contre Valence en Ligue des Champions

Plus l'adversaire est prestigieux et plus Ibrahimovic brille. Il marque à nouveau lors d’une victoire contre la Roma (2-1) et affiche alors cinq buts dans la compétition. Mieux que son bilan en championnat, ce qui amène Koeman à plaisanter avec sa nouvelle star : "Hé Zlatan, tu sais qu’il y a aussi un championnat ?" Malgré un seul succès et cinq nuls lors de cette deuxième phase de la Ligue des Champions, l'Ajax se qualifie pour les quarts de finale.

Le rêve brisé à Milan

Ronald Koeman se révèle être l’un des premiers entraîneurs avec qui Ibrahimovic développe une vraie affinité. Le coach néerlandais, alors réputé pour ne pas avoir peur de sanctionner les joueurs les plus talentueux, confirmera plus tard qu’il a très vite décelé tout le potentiel du Suédois. "Déjà à 19 ans, vous pouviez voir que c’était un joueur fantastique. Il peut être très fier de ce qu'il a montré tout au long de sa carrière et de son palmarès."

Dans son autobiographie, Zlatan confirme d’ailleurs cette alchimie avec son entraîneur et le staff de l’Ajax : "J'ai tout de suite remarqué qu'ils [Koeman et son adjoint Ruud Krol] me comprenaient beaucoup mieux et j'ai commencé à penser que tout irait mieux pour moi."

Ronald Koeman

Koeman et son adjoint Krol

Sur les conseils de son nouvel agent Mino Raiola, Ibrahimovic, alors âgé de 21 ans, travaille dur pendant la trêve hivernale et débute 2003 plein de conviction. "J'ai tout donné, dans toutes les situations, et je voulais gagner chaque match, même pendant les entraînements. J'avais une douleur à l'aine gauche mais je m'en foutais."

Après la période de fêtes, le Suédois est plus en forme et affamé que jamais. Et il veut répondre à Koeman qui l’avait gentiment chambré sur ses sous-performances en championnat. Lors du premier match de l'Ajax en 2003, à Willem II, Ibrahimovic inscrit un doublé lors d’une victoire 6-0. Il débutera les douze matchs suivants pendant deux mois, marquant onze fois. Mais de plus grands défis se présentent alors.

A partir du mois d’avril, l'Ajax ne peut s’empêcher d’ériger la Ligue des Champions comme objectif prioritaire. Un premier succès dans l’épreuve depuis le sacre de 1995 commence à trotter dans les têtes et de lourdes défaites en Eredivisie contre Utrecht et le PSV confirment cette obsession. Après une élimination en Coupe des Pays-Bas face au Feyenoord, la Ligue des Champions devient la seule chance des partenaires d’Ibra de soulever un trophée majeur.

Zlatan Arsenal

Zlatan en duel avec Patrick Vieira lors d'un match contre Arsenal

Si l'Ajax avait bien performé pour prendre la deuxième place de son groupe devant Arsenal et la Roma, le tirage au sort des quarts de finale n'est pas franchement bon. Avec sur la route des demi-finales le Milan AC, emmené à l’époque par Paolo Maldini, Andriy Shevchenko et Filippo Inzaghi. Le match aller à Amsterdam se conclut par un nul vierge de but et tout semble possible pour le retour à San Siro.

Menés à deux reprises sur des buts d'Inzaghi et Shevchenko, les Néerlandais égalisent deux fois grâce à Jari Litmanen et Steven Pienaar. Mais un ultime but de Jon Dahl Tomasson dans le temps additionnel offre la qualification aux Italiens, futurs vainqueurs de l’épreuve face à la Juventus en finale.

Même s'il rate la fin de la saison en raison de blessures et de suspension, le Suédois boucle l’exercice avec 21 buts en 42 matchs. Il obtient même quelques votes au classement du Ballon d'Or

Si cette saison marque le début du déclin progressif de l’Ajax, Zlatan Ibrahimovic est lui bel et bien en pleine ascension. Même s'il rate la fin de la saison en raison de blessures et de suspensions, le Suédois boucle l’exercice avec 21 buts en 42 matchs. Il obtient même quelques votes au classement du Ballon d'Or à la fin de l’année, ce qui lui permet de figurer parmi les 20 meilleurs joueurs du monde. Devant Ronaldinho et Luis Figo...

Zlatan, qui avait débuté sa saison entre concurrence et critiques quant à sa supposée paresse, était devenu en l’espace de quelques mois l'un des meilleurs espoirs en Europe. Pas de trophée majeur à la clé mais beaucoup d’autres motifs de satisfaction, à commencer par une acclimatation réussie (malgré son mal du pays) et sa faculté à s’imposer dans un club prestigieux. Quinze ans plus tard, le Suédois peut présenter une carte de visite riche de onze titres de champion dans quatre pays différents. Et d’une aura aussi grande que son charisme.

Plus d'articles de la série Year Zéro