Histoires

Une semaine au Groenland

Bienvenue à Nuuk, capitale du Groenland, où huit formations se donnent rendez-vous chaque année. La compétition ne dure qu'une semaine, ce qui en fait le championnat le plus court de la planète !

We are part of The Trust Project What is it?

Nike Lyberth-Berthelsen, le secrétaire général de l'Association de Football du Groenland, regarde avec amour la nouvelle surface 4G AstroTurf du Nuuk Stadium. Un sourire fier se dessine sur son visage. C’est tout nouveau pour lui et pour les enfants, qui se précipitent sur le terrain afin de faire quelques tirs à chaque fois qu'il y a une pause entre les matchs du championnat de football groenlandais (Angutit Inersimasut GM, ou simplement GM). C'est la première année que le championnat est joué sur ce gazon artificiel, après des décennies de matchs sur une surface de poussière et de gravier. Un terrain impitoyable, dont on se souvient ici avec peu d'affection. Dans les années 60, les hélicoptères avaient même l'habitude d'atterrir juste à côté, jetant des tourbillons de pierres et contraignant les matchs à être retardés.

"Vous aviez des contusions pendant des semaines, peut-être des mois après le championnat, rappelle Lyberth-Berthelsen avec une grimace. Comment était-ce pour les gardiens de but ? Et bien, ils ne plongeaient pas pour rien, tout simplement. Ce nouveau terrain permettra de faire évoluer le niveau de football." C'est en effet toujours mieux de disposer des meilleures conditions pendant les rares semaines de l'année où la température est assez chaude au Groenland pour jouer au football en plein air. Des équipes ont ainsi parcouru des centaines de kilomètres dans la plus grande île du monde pour participer au Championnat national. Il se déroule dans la capitale Nuuk, une métropole abritant 17 000 des 56 000 habitants du Groenland. La compétition comprend huit équipes, réparties en deux groupes de quatre. Et elle ne dure qu'une semaine, ce qui en fait le championnat le plus court de la planète !

Pas de chance pour les reporters de FourFourTwo : cette année, les premiers jours du championnat se déroulent sous de fortes pluies et des vents violents, obligeant les équipes et les officiels à chercher du réconfort dans des conteneurs maritimes qui font office de vestiaires. Les deux équipes de Nuuk se préparent à un derby en demi-finale. Le soleil perce enfin entre les nuages et la vue est imprenable. Les montagnes, les fjords et l'océan, où un iceberg nous rappelle que l'eau n'est pas bien chaude. Le drapeau rouge et blanc du Groenland vole à chaque coin du terrain. Derrière un but se trouve un petit terrain où des enfants jouent à la balle. De l'autre côté se trouve un imposant hall, utilisé pour les événements et les sports d'intérieur.

Les fans commencent à affluer et à grimper sur les rochers le long du terrain. Des gradins naturels. On trouve quelques bancs, comme à l’école, en bordure du terrain. Mais la majorité des supporters occupe les rochers avec des couvertures et quelques banderoles pour supporter leurs équipes favorites. Tous les matchs du championnat sont diffusés en direct à la télévision, avec l’audience la plus élevée de l’année. Ce qui n'a pas empêché les quelques centaines de supporters présents au stade de Nuuk de répondre présent, malgré un temps souvent changeant. L'ambiance est essentiellement assurée par les femmes, entonnant des chants groenlandais.

"Il faisait vraiment chaud il y a quelques semaines, nous confie un supporter pendant que le soleil commence à se coucher et que la température chute. Il n’avait jamais fait aussi chaud à Nuuk, peut-être plus que 25 degrés. Je pense que le réchauffement climatique a de bons côtés !" On le croit sur parole... Comme c'est le cas dans de nombreux pays nordiques, les équipes du Groenland ont des noms simplifiés avec leurs initiales et leur année de création. On trouve donc IT-79 (Inuit Timersoqatigiiffiat-79), qui organise le tournoi, et ses rivaux B-67 (Boldklubben af ​​1967), actuellement les meilleurs du football groenlandais. Mais aussi les moins populaires en raison de la présence de nombreux Danois lors de leur création.

Après un démarrage poussif, les bleus du B-67 s'imposent 4-0 face à l'IT-79, qui n'a jamais remporté le championnat. L’entraîneur de B-67, Tekle Ghebrelul, est ultra-présent sur le bord du terrain. Toujours dans l'action, gesticulant, tapotant les joueurs dans leur dos et célébrant chaque but comme Odell Beckham Jr, un joueur de foot US. Tekle Ghebrelul est une figure importante ici. Arrivé au Groenland il y a 13 ans, il a grandi en Érythrée. Orphelin, il a dû se battre, comme des milliers d'enfants, pendant la guerre d'Indépendance. Après un passage en prison en Érythrée, Tekle s'est retrouvé au Soudan, où il a de nouveau été emprisonné après avoir traversé la frontière avec un fusil. Puis sa vie a pris une tournure dramatique.