Top 10/50/100

Les 16 meilleurs joueurs de Premier League dans les années 90

FourFourTwo met à l'honneur le football des années 90 ce mois-ci. Voici le Top 16 des meilleurs joueurs du championnat anglais durant cette décennie. Et il n'y a pas que des artistes !

We are part of The Trust Project What is it?

16. Gary Speed (Leeds, Everton, Newcastle)

speed

Personne n' a joué autant de matchs en Premier League que Speed au cours des années 90. Sa forme physique lui a même permis de disputer des saisons complètes avec Leeds alors qu'il était âgé de 35 puis 37 ans. Du coup, son record de 535 matchs de Premier League n'est pas près d'être battu.

Mais les qualités de Speed ne se limitaient pas à une présence constante sur le terrain. Avec Leeds (où il remporte le titre en 1991-92), Everton et Newcastle, le Gallois a fait preuve de leadership, d'intelligence, de polyvalence, de créativité, de courage et d'ambition. Il a également inscrit 80 buts en Premier League, soit une moyenne d'un but tous les six match. Et beaucoup d'entre eux de la tête, ce qui est rare pour joueur ayant évolué ailier, milieu de terrain et arrière latéral.

15. Gary Pallister (Man.United, Middlesbrough)

pallister

La relative réticence de Pallister à se montrer sous le feu des projecteurs après sa retraite a minimisé son importance au sein de Manchester United dans les années 90. Pourtant, le duo Pallister - Steve Bruce en défense centrale était intimidant, contrairement à son surnom de Dolly et Daisy.

Joueur de l'année en 1992, Pallister a été présent consécutivement dans quatre équipes types de l'année, cinq au total. Il a remporté six titres de champion d'Angleterre avec United, avec une défense qui n'a encaissé que 54 buts en 80 matchs en 1994-95 et 1997-98.

14. Patrick Vieira (Arsenal)

patrick viera

Fraîchement surnommé "Carlton Palmer" par le Times après ses débuts à Arsenal, Vieira est devenu l'un des meilleurs milieux de terrain de Premier League. Sa mauvaise position dans ce classement s'explique par le fait que le grand Pat' n'avait que 23 ans à la fin des années 90. Et même avec une Coupe du Monde et un doublé coupe-championnat en 1998, il n'avait pas encore atteint son top niveau.

Néanmoins, les années 90 ont été marquées par son talent et sa polyvalence. Certains journalistes outre-Manche l'ont décrit comme "un destructeur" mais il excellait dans les duels et la conservation du ballon. Malheureusment, il restera aussi cette fameuse interception par Ryan Giggs lors d'une demi-finale de FA Cup en 1999...

13. David Beckham (Manchester United)

beckham

À l'aube de l'an 2000, Beckham est connu dans le monde entier. Et cette frénésie pour la star anglaise atteint son apogée en 1999, avec son mariage avec Victoria. Nombreux se sont demandés si Beckham - dont le carton rouge avait précipité l'élimination de l'Angleterre en 1998 - était vraiment un bon joueur de football.

Bien sûr qu'il l'était ! Une technique fabuleuse et un engagement presque masochiste à l'entraînement ont fait de Beckham, alors âgé de 20 ans, l'un des meilleurs joeurs de Manchester United, même avant qu'il ne démarre la saison 1996-97 par un but somptueux du milieu de terrain. En 1999-00, Beckham, qui évoluait plus comme un milieu droit qu'un ailier, a marqué ou a été passeur décisif sur 88 buts de ses 175 matchs joués en Premier League. Alors oui, il était un très bon joueur.

12. Tony Adams (Arsenal)

adams

Lors de ses débuts à Arsenal, Adams a joué aux côtés de Pat Jennings. Lors de sa dernière apparition à Arsenal, il a évolué aux côtés d'Ashley Cole. Être au cœur de la défense d'une équipe pendant près de 20 ans est assez impressionnant. Et rester dans une équipe qui se renouvelle totalement, en tant que capitaine de 21 jusqu'à 35 ans, est extraordinaire.

Arsène Wenger était le cinquième manager d'Adams à Highbury mais son style de vie et sa façon de concevoir le management semblaient représenter une menace. Adams avait révélé son alcoolisme en première page d'un journal, juste au moment où l'entraîneur français venait d'être nommé. Toutefois, les deux hommes ont travaillé ensemble pour bannir la culture de l'alcool à Arsenal et Adams a gardé sa place en défense, tandis que Wenger a ajouté du "flair" et de la fluidité en attaque. Résultat : deux doublés en cinq ans. Les phrases assassines d'Adams dans la presse sur son ancien coach ternissent ccependant cette bonne collaboration...

11. David Ginola (Newcatle, Tottenham)

david ginola

Après s'être révélé durant les épopées européennes du PSG, cet amoureux du football espagnol, suscitant l'intérêt du Barça et surnommé par la presse espagnole "El Magnifico", est finalement parti dans le nord de l'Angleterre, à Newcastle.

Les années fastes du club ont eu lieu pendant les deux ans de Ginola sur Tyneside. Les Magpies finissent deux fois vice-champions d'Angleterre, coiffés sur le fil en 1997 par Manchester United. Ginola rejoint ensuite Tottenham en 1997, qui navigue alors en bas de classement et mais qui gagne la Coupe de la Ligue avec Ginola. Il est élu joueur de l'année en 1999. Cela en dit long sur l'impact du Français en Angleterre.